La plaque du jour

Agé seulement de 51 ans, Balzac est mort à Paris le 18 août 1850, usé par sa "Comédie Humaine", et appelant à son chevet le docteur Bianchon, célèbre médecin né de son oeuvre.

Aujourd'hui 18 Août 2019, 230ème jour de l'année
Nous fêtons les Hélène (patronne des Cloutiers), les Laétitia, les Léna, les Lénaïc, les Milène et les Nelly

Un des romanciers les plus attachants de la littérature française, Honoré de Balzac, s'est éteint le 18 août 1850 à Paris en appelant à son chevet le docteur Bianchon, le célèbre médecin de sa Comédie Humaine. Agé seulement de 51 ans, il était tout entier imprégné, mais épuisé par son dur labeur de forçat de l'écriture. Forçat ou forcené, il y a l'idée de contrainte et de folie qu'il n'a cessé de ressentir, dans ces deux mots phonétiquement proches. Il se repose maintenant au cimetière parisien du Père Lachaise, sous son buste par David d'Angers et rejoint depuis par son épouse la Comtesse Hanska.

Issu d'une famille bourgeoise Honoré de Balzac était né le 20 mai 1799 à Tours où son père était directeur des vivres de la 22ème division militaire de Tours.

Il aura deux sœurs et un frère. (Il s'entendra fort bien sa vie durant avec sa soeur Laure née en 1802. Devenue plus tard Laure de Surville, elle sera l'une de ses biographes et le fera naître le 16 mai, jour de la Saint Honoré. Qui sait si ?.) A huit ans, Balzac fut envoyé au collège de Vendôme où il sera pensionnaire. Mal compris par sa mère, il vécut loin de sa famille une expérience traumatisante qui donna lieu à l'œuvre Louis Lambert en 1832. Au début, Balzac était destiné à la carrière de Notaire selon les souhaits de la dite mère. Cependant, en 1818, il avoua à ses parents qu'il désirait devenir écrivain et il bénéficia d'une année pour mettre à l'épreuve sa nouvelle vocation dans une minuscule chambre sous les toits parisiens.

" Cromwell " fut le premier essai qu'il écrivit mais cette tragédie ne reçut que peu d'encouragements par la famille et les amis. C'est pourquoi il produisit ses premières œuvres en partenariat avec d'autres auteurs et sous un pseudonyme.

En 1822, âgé de 23 ans, il devient l'amant de Mme de Berny et se fait également éditeur puis imprimeur. Mme de Berny l'encourage et le finance, mais pour avoir publié tout et n'importe quoi son entreprise est un désastre comptable et il contracte un grand nombre de dettes (environ 100 000 francs). La production de Balzac imprimeur s'élève à plus de 300 documents, du prospectus pour les pilules antiglaireuses de longue vie aux Oeuvres complètes de Shakespeare.

C'est pour pouvoir rembourser toutes ses dettes qu'il devint journaliste dans La Silhouette, La Caricature mais aussi La Chronique de Paris en 1836. A partir de cette date, la plupart de ses romans furent d'abord publiés en feuilleton avant d'être édités en volumes.

Dès lors, il ne vécut que pour la littérature et à un rythme de forcené. Il s'autorisera une particule à son nom qu'il ne possédait pas à sa naissance.

En 1825, la duchesse d'Abrantès, dont il est devenu l'amant l' introduit dans les salons à la mode. Malgré ses dettes nombreuses, il mène la vie de luxe et d'excès dont il a toujours rêvé: vie mondaine, amours, quantités effarantes de cafés et nuits entières à écrire.
Les Chouans fut le premier roman que Balzac signa de son vrai nom, en 1829. Ce fut un échec commercial mais il avait fait le premier pas en le signant. Le génie balzacien arriva en octobre 1829 quand Balzac rédigea La Maison du chat qui pelote. Enfin, apparut le premier tome de Scènes de la vie privée avec un ensemble de textes tels que " La Vendetta " qui raconte l'histoire de Ginevra, jeune fille corse, amoureuse de Luigi Porta dont la famille fut massacrée par le propre père de Ginevra, ou bien " Gobseck ", le roman de l'argent autant que de l'avarice. Gobseck est aussi une ouverture sur le destin de la comtesse de Restaud, fille du père Goriot, et aussi sur le notaire Derville, personnage secondaire mais omniprésent dans la Comédie humaine.

En mai 1832, apparut le second tome. De l'ensemble se détachèrent surtout deux romans : Le Colonel Chabert et Le Curé de Tours. Ce furent les deux premiers grands drames de la vie privée qu'écrivit Balzac.

En 1832, l'auteur annonça à une mystérieuse correspondante du nom de la comtesse Eve Hanska l'œuvre Eugénie Grandet. Cette histoire parle d'une jeune fille, Eugénie Grandet, qui tombera amoureuse de son cousin de Paris, Charles Grandet. Son père qui est très avare va vite mettre fin à cette courte idylle. M. et Mme Grandet meurent et Eugénie garde la fortune. Après sept ans d'attente pour Charles, elle apprendra qu'il ne veut plus d'elle. La riche héritière, devenue très avare comme son père, épousera un président de la cour en premières noces et un marquis en secondes noces.

Après avoir longuement correspondu avec Eve Hanska, mariée à un comte cacochyme, Balzac la rencontre en septembre 1833 et devient son amant. Cette liaison qui se prolongea par une abondante correspondance dix-sept ans durant, fournit de précieux renseignements sur l'élaboration de La Comédie Humaine et se termine autrement que dans Eugénie Grandet par leur mariage en Ukraine en mai 1850.

Un jour de l'année 1833, Honoré de Balzac, fou de joie, fit irruption chez sa sœur, Laure de Surville, et s'écria : "Salue-moi, car je suis tout bonnement en train de devenir un génie." Il venait d'entrevoir la première ébauche d'une œuvre colossale dont le principe serait le retour des personnages d'un roman à l'autre. Il appliqua immédiatement ce principe en 1835 dans le Père Goriot, en utilisant comme personnage principal un jeune homme arriviste du nom d'Eugène de Rastignac, déjà entrevu - mais plus âgé et "parvenu" - dans la Peau de chagrin (1831). Ces personnages qui resurgissaient épisodiquement d'un roman à l'autre commencèrent à former ce vaste réseau d'intrigues, d'intérêts, de passions et d'aventures dans lequel, comme en un gigantesque filet, le romancier enveloppa la société entière de son temps.
N'ayant jamais apaisé ses rapports avec sa mère, il écrit le 1er mai 1835 à Eve Hanska :
" La fortune, pour ma mère et pour moi se trouvera dans l'année 1837, quand mes œuvres deviendront les " Études sociales ". Voilà mon avenir bien dessiné. Voilà mon espérance et tous mes travaux. Si quelquefois le chagrin de ne pas avoir le bonheur que je rêve m'attriste et me consume, l'espoir d'avoir un jour ma mère heureuse par moi, et ma fortune construite, tout par moi même, sans secours, me soutient. "

On palpe la plaie non refermée de l'indifférence qui lui a toujours été témoignée : Se réhabiliter aux yeux de sa mère, mais ne rien lui devoir.

En 1842, pour la première fois, une édition de La Comédie Humaine parut de façon complète. C'est alors que l'œuvre ne cessa de s'enrichir.

En 1845, Balzac cherche à donner une structure plus dense à La Comédie Humaine et décide que l'œuvre complète comprendrait cent trente-sept romans, qu'il groupa en trois parties, "étude de mœurs ", "études philosophiques " et "études analytiques".

Outre Eugénie Grandet, et parmi ses romans les plus connus dont tout élève a au moins étudié des extraits , on peut citer Le Père Goriot (1835), Le Lys dans la vallée (1836), Illusions perdues (1843), Splendeurs et misères des courtisanes (1837-1848).

Atteint de crises cardiaques successives, d'étouffements et de bronchites, Balzac qui s'était marié le 14 mai, et comptait vivre à Paris où il était revenu avec Eve, mourut trois mois plus tard…

Parmi les citations de Balzac, celle-ci :
"Le fou et l'écrivain sont des hommes qui voient un abîme et, y tombent."

Balzac a beaucoup écrit, mais il n'a pas fini de faire couler de l'encre.

" Fondée en 1959, L'Année balzacienne paraît en livraisons annuelles depuis 1960. Chaque volume contient, sur Balzac et autour de Balzac, sur son œuvre et le contexte dans lequel elle a été produite, des articles de recherches d'inspiration diverse : études générales, biographiques, génétiques, historiques, stylistiques... "
Elle met sans cesse à jour des aspects de l'écrivain ou de ses personnages.

Sources :

http://www.chez.com/bacfrancais/biobalzac.htm
http://www3.sympatico.ca/codan/Personnages/Balzac.htm

Entrez en balzacie ou comment circuler dans Balzac :

http://www.paris-france.org/MUSEES/balzac/furne/mode_emploi.htm


La plaque du jour a été photographiée à Périgueux, en Dordogne.


Exclusif ruedesrues.

Recherchez avec Cernedate © une année à partir d'une date incomplète.

/ Entre et

Puisque cette page est dédiée aux dates, il vous est sûrement arrivé de regretter l'absence d'un millésime sur un document incomplet. Vous avez par exemple en mains un tract d'un mardi 26 août dont vous situez l'impression dans les années 1970. Quelles solutions s'offrent à vous pour trouver l'année plausible ? Il vous fallait jusqu'à ce jour afficher successivement les années possibles de votre champ de recherche à partir d'un calendrier perpétuel.

Avec Cernedate ©, vous avez de suite les propositions qui s'affichent entre deux dates choisies. Cernedate © peut prendre en compte votre recherche des siècles en arrière ou, pour un besoin que l'instrument aura créé, des siècles en avant. Il y a soit une, soit deux réponses possibles par décennie. Pour garder l'exemple du mardi 26 août, seule l'année 1975 répond à la requête, millésime bordé par 1969 et 1980.

En vue de retrospectives ou de travaux d'historiens, prenez et faites prendre l'habitude de noter l'année sur tous les documents datés !


Si vous avez une idée de plaque ou une plaque à envoyer pour illustrer un 18 Août merci de cliquer ici.

Pour souhaiter une naissance ou un anniversaire, connaître les personnalités nées ou décédées un 18 Août, vous pouvez vous rendre sur un site ami : http://www.chronobio.com/