La plaque du jour

Aujourd'hui Lundi 6 Avril 2020, 97ème jour de l'année
Nous fêtons les Marcellin

Chirurgien, médecin, historien de la littérature et historien des sciences, le professeur Henri Mondor est décédé le 6 avril 1962 à Paris à l'âge de 76 ans et il repose dans son village natal.

Il était né à Saint-Cernin, village du Cantal au nord d'Aurillac, le 20 mai 1885.
Fils d’instituteur, Henri Mondor fit ses premières études à l’école de Saint-Germain, puis au lycée d’Aurillac. Après ses humanités et malgré une précoce attirance pour les lettres, il entama, poussé par sa mère, des études de médecine.

Après la Première Guerre mondiale, qu’il effectua comme infirmier, il obtint la médaille d’or de l’internat et fut nommé, en 1920, chirurgien des hôpitaux. Agrégé en 1923, il obtint en 1938 le titre de professeur de faculté, et en 1941 celui de professeur de clinique. Chirurgien de premier ordre, Henri Mondor publia plusieurs ouvrages consacrés à la chirurgie des viscères, parmi lesquels : "Quelques vérités premières en chirurgie abdominale", "Les Avortements mortels", "Diagnostics urgents", ainsi que quelques monographies consacrées à l’histoire de la médecine : "Paul Lecène", "Grands médecins presque tous", "Pasteur", "Dupuytren", "Anatomistes et chirurgiens", "René Leriche".

N’ayant cependant jamais renoncé à sa vocation de jeunesse pour la littérature, Henri Mondor sut, en marge de ses activités de médecin, se montrer un éminent historien des lettres, consacrant en particulier à Mallarmé de nombreux ouvrages. On citera dans son œuvre littéraire : "L’Amitié de Verlaine et Mallarmé", "Vie de Mallarmé", "Mallarmé plus intime", "Propos de Mallarmé sur la poésie", "Valéry et Gide", "Entretien au bord du fleuve avec Georges Duhamel", "L’heureuse rencontre : Mallarmé et Valéry", "L’Histoire d’un faune", "L’Affaire du Parnasse", "Alain", "Rimbaud ou le génie impatient", "Maurice Barrès avant le Quartier latin", "Précocité de Valéry", "Claudel plus intime".

Grand prix de la critique de l’Académie française, membre de l’Académie de médecine en 1945, et de l’Académie des sciences en 1961, membre également de l’académie de chirurgie, Henri Mondor fut élu à l’Académie française le 4 avril 1946, par 17 voix contre 8 à Fernand Gregh, au fauteuil de Paul Valéry.

La Compagnie avait d’abord songé à offrir la succession de l’illustre poète à André Gide, désireux de prononcer son éloge ; cependant, inquiets de la publicité que l’événement apporterait à "Corydon", ouvrage dont Gide annonçait la réédition et dans lequel il exposait complaisamment son homosexualité, les Académiciens préférèrent soutenir cette candidature, plus discrète.

Henri Mondor fut ainsi élu dans cette séance du 4 avril 1946 où la Compagnie pourvut à la vacance de quatre fauteuils le même jour. Reçu le 30 octobre 1947 par Georges Duhamel, Mondor était un esprit attachant, qui captait l’attention par le tour souvent insolite de ses propos.

François Mauriac devait lui rendre hommage en ces termes, dans son Bloc-notes : « J’admirais et j’aimais dans un esprit comme celui-là l’hommage que la science rend à la poésie. Il ne parlait presque jamais de ce qui l’avait rendu éminent dans sa spécialité ni des ouvrages qui, dans cet ordre, lui assureront une place durable. La poésie a besoin d’érudits d’une certaine race... »

Henri Mondor a reçu de son vivant par de nombreuses décorations :
Grand officier de la Légion d'honneur
Commandeur des Arts et des Lettres
Commandeur des Palmes académiques
Commandeur de l’Ordre de la Santé publique

Il est régulièrement honoré depuis sa disparition :

Une allocution de six pages a été prononcée à l'Académie au cours de la séance du 12 avril 1962
En 1963, la revue de la Haute Auvergne a publié un numéro spécial "Hommage à Henri Mondor" et la même année l'Hôpital de la salpétrière nomme une salle à son nom.
L'année suivante, c'est l'hôpital d'Aurillac qui reçoit son patronyme, et en 1968, le CHU de Créteil lui emboîte le pas. Des personnalités y sont soignées ou décèdent au son radiotélévisé de son patronyme : Ainsi André Malraux en 1976, et Charles Trenet 25 ans plus tard.

Pour commémorer le 10e anniversaire de sa disparition une stèle le représentant a été érigée à Aurillac, au bord de la Jordanne, tandis que 10 ans plus tard la poste a émis un timbre à son effigie. Plusieurs expositions ont eu lieu, notamment pour le centenaire de sa naissance, et le trentenaire de son décès.

Source :

http://www.academie-francaise.fr/immortels/base/academiciens/fiche.asp?param=595


La plaque du Jour a été photographiée à Paris, au quartier latin le 17 août 2003, à la fin de la vague de canicule. . Inaugurée le 13 octobre 1970 par le Président du Conseil de Paris de l'époque, proche de la bouche du métro Odéon, elle se fait oublier, tout comme son livre "Diagnostics urgents". Envisageait-il pareille situation ?


Exclusif ruedesrues.

Recherchez avec Cernedate © une année à partir d'une date incomplète.

/ Entre et

Puisque cette page est dédiée aux dates, il vous est sûrement arrivé de regretter l'absence d'un millésime sur un document incomplet. Vous avez par exemple en mains un tract d'un mardi 26 août dont vous situez l'impression dans les années 1970. Quelles solutions s'offrent à vous pour trouver l'année plausible ? Il vous fallait jusqu'à ce jour afficher successivement les années possibles de votre champ de recherche à partir d'un calendrier perpétuel.

Avec Cernedate ©, vous avez de suite les propositions qui s'affichent entre deux dates choisies. Cernedate © peut prendre en compte votre recherche des siècles en arrière ou, pour un besoin que l'instrument aura créé, des siècles en avant. Il y a soit une, soit deux réponses possibles par décennie. Pour garder l'exemple du mardi 26 août, seule l'année 1975 répond à la requête, millésime bordé par 1969 et 1980.

En vue de retrospectives ou de travaux d'historiens, prenez et faites prendre l'habitude de noter l'année sur tous les documents datés !


Si vous avez une idée de plaque ou une plaque à envoyer pour illustrer un 6 Avril merci de cliquer ici.

Pour souhaiter une naissance ou un anniversaire, connaître les personnalités nées ou décédées un 6 Avril, vous pouvez vous rendre sur un site ami : http://www.chronobio.com/