La plaque du jour

Aujourd'hui Lundi 17 Juin 2024, 169ème jour de l'année
Nous fêtons les Hervé et les Rainier

L'actrice Pauline Carton née Pauline-Aimée Biarez et habituée des indispensables seconds rôles du cinéma français, est décédée à Paris le 17 juin 1974, quelques semaines avant ses 90 ans. Son nom figure sur un monument du cimetière parisien de Thiais, monument dédié aux acteurs dont elle fait partie et qui ont comme Bernard Blier ou Madeleine Sologne, donné leur corps à la Science.

Fille d'un ingénieur sous-directeur aux Chemins de Fer, Pauline est née le 4 juillet 1884 à Biarritz, dans les Pyrénées Atlantiques. A Paris où elle grandit, elle baigne très tôt dans le théâtre. Elle prend l'habitude d'aller voir une pièce chaque semaine, et se promet d'entrer au Conservatoire. En attendant, elle joue des saynètes chez elle devant un public de privilégiés : ses proches. A la mort de son père et de son frère, elle se met à voyager avec sa mère. A Marseille, un ami de celle-ci l'introduit un jour dans une troupe, qui lui offre sa première occasion de monter sur les planches. Elle est à peine âgée de vingt ans. Dans la pièce de Pierre Wolf, "le Ruisseau", elle incarne une fille de petite vertu qui lui donnera son pseudonyme. Elle participe également à des revues de music-hall et joue dans des opérettes.

En 1907 Pauline Carton qui a alors 23 ans, fait ses débuts au cinéma. On la voit dans des rôles de second plan dont elle se fait très rapidement la spécialiste. Elle fait entre autres des apparitions dans "Blanchette", de René Hervil en 1921, mais aussi la même année dans "La femme de nulle part" du regretté Louis Delluc mort à 33 ans et passé à la postérité par le nom de nombreux ciné-clubs.

Elle tourne également dans "Feu Mathias Pascal", de Marcel L'Herbier en 1925, et "Education de prince", d'Henri Diamant-Berger en 1927.

A l'avènement du parlant, elle continue de prêter son " physique de pou ", selon ses propres termes, à des soubrettes, des concierges, ou des mégères acariâtres. On lui découvre en outre une voix de vinaigre aux accents faubouriens qui s'accorde à merveille avec sa silhouette surmontée d'un chignon à l'ancienne mode. En 1927 toujours, elle entame une collaboration au théâtre avec Sacha Guitry. Désiré, la pièce dans laquelle elle campe une cuisinière, sera adaptée quelques années plus tard au cinéma. Guitry, dont elle devient la fidèle confidente, lui offre un rôle dans une vingtaine de films. Tels que "Bonne chance" (leur première collaboration au cinéma), en 1935, "le Nouveau Testament", "Mon père avait raison" en 1936), "Désiré" en 1937, "Quadrille" l'année suivante, ou encore "Assassins et Voleurs", mais plus tard, en 1957.

Entre-temps, elle avait joué dans"le Sang d'un poète", de Jean Cocteau en 1930 et on la voit également au générique de films réalisés par Abel Gance ("le Roman d'un jeune homme pauvre" en 1936, et "Louise", en 1938), Max Ophüls ("Sans lendemain", en 1939).

En 1942, on tourne dans "La Belle aventure" de Marc Allégret Elle se définit comme étant une " utilité ", c'est-à-dire un personnage effacé mais indispensable cependant à l'intrigue. Les interventions de ses personnages réjouissent le spectateur sans pour autant le distraire de l'action principale. La truculence de son caractère, tant dans la vie qu'à l'écran, lui permettra, à la fin de sa carrière, d'obtenir des rôles de plus grande importance. Henri-Georges Clouzot lui confie un rôle dans "Miquette et sa mère" en 1949 et elle obtient en 1951 une composition qui la rapproche du premier plan dans "la Poison" de Guitry. En 1955, dans "Rencontre à Paris", elle interprète une salutiste. En 1959 Henri Diamant Berger avait qui elle avait tourné en 1927, la met au générique de "Messieurs les Ronds de cuir" à la distribution très fournie, en compagnie de Pierre Brasseur Noël Noël, Michel Serrault, Jean Poiret, Philippe Clay, Micheline Dax, Jean Richard et Pierre Doris. Enfin on peut la voir dans "le Jour le plus long", de Ken Annakin en 1961.

Sa dernière apparition se fera dans "Clodo" en 1970 de Georges Clair et sa carrière traverse toute l'histoire du cinéma des années 20 aux années 70, avec environ 250 films.

Outre le théâtre, dans lequel elle avait débuté, et qu'elle n'abandonna pas jusqu'à sa mort (elle possédait une bibliothèque consacrée au théâtre du XIXème siècle), Pauline Carton a publié deux ouvrages rassemblant ses souvenirs de comédienne : "les Théâtres de Carton", et "Histoires de cinéma" . A 87 ans, elle a enregistré son premier disque : "J'ai un faible pour les forts."

Lucide sur son physique accentué par son inamovible chignon, elle ne manquait pas d'humour et on lui prête cette déclaration :
"Je n'ai jamais pu faire un concours de beauté : on me colle toujours dans le jury."

"Concierge, vieille fille, femme de ménage ou tante à héritage, elle n'a jamais été jeune. Du moins au cinéma. Merveilleuse actrice, la plus populaire de ces admirables seconds rôles qui ont fait la gloire du cinéma français, elle a tourné un peu n'importe quoi, mais toujours de façon remarquable. Elle reste surtout pour avoir été l'actrice fétiche de Guitry qui la fit jouer dans presque tous ses films, lui inventant au besoin des rôles" peut-on lire dans une courte biographie au détour d'un site cinéphile.

Quoi qu'il en soit les films, - pour certains des chefs d'œuvre - dans lesquels elle a joué lui garantissent d'être toujours connue et appréciée des connaisseurs.

Source :

http://www.bernard-luc.com/cinema/acteursecran/carton.htm

Les films dans lesquels elle a tourné :

http://www.allocine.fr/personne/filmographie_gen_cpersonne=4885.html

La plaque du jour a été photographiée à Limoges.


Exclusif ruedesrues.

Recherchez avec Cernedate © une année à partir d'une date incomplète.

/ Entre et

Puisque cette page est dédiée aux dates, il vous est sûrement arrivé de regretter l'absence d'un millésime sur un document incomplet. Vous avez par exemple en mains un tract d'un mardi 26 août dont vous situez l'impression dans les années 1970. Quelles solutions s'offrent à vous pour trouver l'année plausible ? Il vous fallait jusqu'à ce jour afficher successivement les années possibles de votre champ de recherche à partir d'un calendrier perpétuel.

Avec Cernedate ©, vous avez de suite les propositions qui s'affichent entre deux dates choisies. Cernedate © peut prendre en compte votre recherche des siècles en arrière ou, pour un besoin que l'instrument aura créé, des siècles en avant. Il y a soit une, soit deux réponses possibles par décennie. Pour garder l'exemple du mardi 26 août, seule l'année 1975 répond à la requête, millésime bordé par 1969 et 1980.

En vue de retrospectives ou de travaux d'historiens, prenez et faites prendre l'habitude de noter l'année sur tous les documents datés !


Si vous avez une idée de plaque ou une plaque à envoyer pour illustrer un 17 Juin merci de cliquer ici.

Pour souhaiter une naissance ou un anniversaire, connaître les personnalités nées ou décédées un 17 Juin, vous pouvez vous rendre sur un site ami : http://www.chronobio.com/